PRISES DE POSITION OFFICIELLES

Lettre ouverte à la direction du PSS (Communiqué de presse) : Résistance de gauche contre l'initiative sur la protection génétique.

Les membres soussignés du parti socialiste Suisse sont convaincus que l'initiative sur la protection génétique, soumise au vote populaire en juin, aura un effet négatif sur notre pays.

Certes, le " oui " de la direction de parti est compréhensible du fait de la frustration causée par le brusque rejet de deux contre-projets au Conseil National (Leemann) et au Conseil des Etats (Onken), mais difficilement concevable pour des raisons autant factuelles que politiques.

Une acceptation de l'initiative, menant à des interdictions totales, entravera la participation de la Suisse à la technologie clef de génie génétique et empêchera une multitude de développements positifs en médecine. Le haut niveau de la recherche et de la formation baissera rapidement. Ce recul également la recherche environnementale, et les scientifiques suisses, actifs dans le domaine médical, en chimie et en biologie, vont perdre leur capacité concurrentielle sur le marché de travail international. Surtout l'interdiction des animaux transgéniques (représentant aujourd'hui des modèles irremplaçables pour l'investigation de beaucoup de maladies) affectera durement la recherche biologique et médicale. Tout ceci mènera à un affaiblissement considérable de la qualité de recherche en Suisse, surtout dans le secteur universitaire.

Les grandes entreprises sont en train de sacrifier des milliers de placer de travail pour leur profit et les intérêts de leurs actionnaires. Une partie importante de la recherche dans le domaine de génie génétique a déjà été déplacée à l'étranger. Une acceptation de l'initiative livrerait aux entreprises pharmaceutiques l'argument pour justifier cette politique impardonnable, voir même d'en faire encore usage. Les victimes immédiates seraient les employés de cette branche, les petites et moyennes entreprises et l'industrie de sous-traitance, qui se sont développées autour des technologies génétiques, ainsi que l'administration publique, qui aurait à supporter des frais sociaux élèves et une perte d'impôts considérables.

Le mot d'ordre positif vis-à-vis de l'initiative met en cause la politique européenne progressiste du PS et ne reflète pas du tout une position générale des sociaux-démocrates européens(voir par exemple " Thème Europe-Biotechnologie ", fraction social-démocrate au Parlement européen, octobre 1997). Cette approbation contredit aussi clairement le concept différencié pour les technologies génétiques présenté en décembre 1996 par la Commission science, recherche et technologie du PS. A notre avis ce concept avec sa combinaison d'interdictions partielles (par exemple celles de l'augmentation de la production animale au moyen d'altérations génétiques ou de brevetage des animaux et des plantes) et de strictes dispositions envers l'abus dans d'autres domaines (par exemple la recherche biologique et pour un usage sûr et éthiquement responsable de génie génétique. C'est de ce concept, d'ailleurs, que sont émergés les contre-projets de PS à l'initiative, qui ont malheureusement été rejetés sans discussion approfondie par les représentants des partes bourgeois et de l'industrie.

Il est absolument nécessaire de faire connaître les dispositions légales existantes et en voie de législation, la motion GENLEX ainsi que les propositions correspondantes de Conseil fédéral et de les discuter au sein de PS ainsi que dans le public général. Ces dispositions peuvent mener à une pratique prudente des technologies génétiques, justifiée par des éléments objectifs, et restrictive, en comparaison internationale, aussi dans les domaines consultations en cours permettent de manière idéale de réaliser les principes de concept pour les technologies génériques de PS.

Les soussignés demandent ainsi à tous les membres et comités directeurs du parti de réactiver la discussion sur les alternatives de l'initiative pour la protection génétique et de faire jouer la responsabilité individuelle des membres sur ce sujet.

Signataires:

Daniel Schümperli, Prof.Dr.med.vet., biologue, Berne (promoteur) : Rolf Marti, DR.rer.nat., biologue, adjoint scientifique de l'Académie Suisse des Sciences Naturelles, Thoune (promoteur), Jon Duri Tratschin. Dr.sc.nat., virologue, Bolligen (promoteur) Pierre Aeby, député au conseil des états FR ; Klaus Ammann, Dr.phil.nat., botaniste, Berne ; Hanspeter Amstutz, Dr. Phil. Nat., mikrobiologue, Bolligen ; Hans Baumgartner, membre du grand conseil de Bâle-Ville, secrétaire VHTL, président de l'union syndicale de Bâle ; Hans Jacob Bernoulli, membre du grand conseil de Bâle-Ville ; Giuseppe Bertoni, Dr. med. Vet., virologue, Herzogenbuchsee ; Roger Biedermann, Dr. sc. techn., chimiste cantonal AR , AI, GL, SH, Schaffhouse ; Toni Brauchle, lic. rer. pol., Berne ; Christoph Brutschin, membre du grand conseil de Bâle-Ville ; Anne-Christine Ciottu Vogel, lic. phil., secrétaire générale de l'Académie Suisse des Sciences Naturelles, Neuchâtel ;Eva Christ, membre du grand conseil de Bâle-Ville ; Willi Gerster, Dr., membre du grand conseil de Bâle-Ville ; Daniel Goepfert, président de fraction, membre du grand conseil de Bâle-Ville ; Heidi Hügil, membre du grand conseil de Bâle-Ville ; Tobias Kästli, lic. phil., journaliste, Berne ; Peter Kuhnert, Dr. phil., mikrobiologue, Berne ; Monika Maritz Mosimann, Dr. med., Thoune ; Franziska Marti, Dr. sc. nat., Zurich/Bâle ; Roger Nordmann, Lausanne ; Giorgio Noseda, Prof. Dr. med., président Institut Suisse de Recherche Appliqué sur le Cancer, médecin en chef Ospedale Beata Vergine, Mendrisio ; Martin Oester, lic. es., économiste, Thoune ; Gian-Reto Piattner, Prof. Dr. phil., physicien, député au conseil des états BS ; Cornel Quinto, avocat, Berne ; Jörg Rentsch, lic. phil.i. historien et géographe, Thoune ; Mauro Sargenti, instituteur d'école secondaire, lic. iur., Hünibach ; Béatrice Senn-Irlet, PD, Dr. phil., botaniste, Berne ; Susanne Signer, membre du grand conseil de Bâle-Ville ; Margrit Spörri, membre du grand conseil de Bâle-Ville ; Niggi Tamm, membre du grand conseil de Bâle-Ville ; Hans Trachsel, Prof. Dr. phil., biochimiste, Herzogenbuchsee ; Gisela Traub, membre du grand conseil de Bâle-Ville ; Hans Peter Tschudi, Prof. Dr. iur., ancien conseiller fédéral, Bâle ; Hans-Ueli von Allmen, maire de Thoune, conseiller national, Thoune ; Hans-Peter Wessels, Dr. phil., membre du grand conseil de Bâle-Ville.

Contacts:
Prof. Daniel Schümperli
Abteilung für Entwicklungsbiologe, Baltzerstrasse 4, 3012 Bern
Tél. 031 - 631 46 75, Fax/Sekr. 031 - 531 46 16
e-mail : Daniel.Schuemperli@zoi.unibe.ch

Dr. Rolf Marti
Schweiz Akademie der Naturwissenschaften (SANW), Bärenplatz 2, 3011 Bern
Tél. direkt : 031 / 311 72 85, Tel. Sekretariat : 031 / 312 33 75
Fax : (0)31 / 312 32 91, e-mail :rmarti@sanw.unibe.ch

Dr. Jon Duri Tratschin
Institut für Virologie und Immunprophylaxe (IVI), 3147 Mittelhäusern
Tel. 031 848 93 48, Fax. 031 848 92 22
e-mail :Jon-Duri.Tratschin@ivi.admin.ch