PRISES DE POSITION OFFICIELLES

Prise de position de l'AEMG (Association des Etudiants en Médecine de Genève) sur L'INITIATIVE DITE "POUR LA PROTECTION GENETIQUE"

Qu'est-ce que le génie génétique? Le génie génétique se définit comme la partie de la biologie moléculaire qui travaille avec des segments d'ADN (matériel génétique) isolés. Il permet d'explorer, de modifier, et de transférer du matériel génétique. Il ne crée pas de nouveau matériau, il ne fait que réorganiser les différents segments. Il ne permet donc pas de répliquer un individu entier, et n'est ainsi pas synonyme de clonage.

A quoi sert le génie génétique?

Le génie génétique est un outil indispensable en recherche. Il est utilisé pour :

  • produire en quantité suffisante et à un haut degré de pureté beaucoup de substances naturelles utilisées en médecine, comme l'insuline pour les diabétiques, qui, bien que synthétisée par des bactéries, est extrêmement proche de l'insuline humaine (actuellement, la production de médicaments ne peut plus se passer du génie génétique).
  • trouver de nouveaux vaccins, par exemple pour la tuberculose et le sida.
  • déchiffrer le code génétique humain, de manière à mieux comprendre les processus vitaux au niveau moléculaire.
  • prévenir des maladies, par des moyens de dépistage pré-natal et post-natal (aussi chez l'adulte) efficaces, en permettant un traitement précoce (cancers, déficits immunitaires).
  • étudier des maladies aujourd'hui incurables dans le but de trouver un traitement (Alzheimer, cancers, Creutzfeldt-Jacob, sclérose en plaques, sida...)
  • développer la thérapie génique (remplacement de gènes défectueux ou absents) pour des maladies comme la mucoviscidose, les myopathies, les cancers, la sclérose en plaques, le sida, l'hépatite C, la tuberculose, la malaria.

Mais le génie génétique n'a pas qu'une application médicale. Il ouvre de nombreuses perspectives dans la protection durable de l'environnement, en permettant la production de plastiques biodégradables, des lessives plus performantes à des températures basses, et la diminution des pesticides et autres produits chimiques par la découverte de plantes résistantes aux maladies et parasites.

Ainsi, le génie génétique joue un rôle important dans la vie de chacun. Que ce soit pour un test de dépistage du sida sûr, ou pour de simples antibiotiques achetés en pharmacie, toute la population utilise les fruits de cette technique, souvent sans même s'en rendre compte! Et elle reste le seul espoir pour de nombreux malades...

Quelles seraient les conséquences de l'initiative " Pour la protection génétique "?

Si l'initiative était acceptée, elle causerait des dommages irréparables à la recherche médicale et biologique:

  • En interdisant l'utilisation des animaux transgéniques (porteurs du gène responsable d'une maladie), la recherche médicale se verrait privée d'un outil d'accès à la connaissance irremplaçable. En effet, grâce à ces animaux génétiquement modifiés, il est devenu possible d'élucider les mécanismes des maladies et d'envisager de nouvelles perspectives thérapeutiques. L'interdiction de ces animaux compromettrait donc gravement la recherche de traitements nouveaux.
  • D'autre part, l'interdiction de la dissémination d'organismes génétiquement modifiés dans l'environnement compromettrait tout essai de traitement sur l'homme : l'être humain est un organisme, et un patient traité par la thérapie génique est porteur de cellules génétiquement modifiées. Par conséquent, quitter le lieu de traitement correspondrait à une dissémination!
  • En outre, les nouveaux vaccins fondés sur le génie génétique sont des organismes génétiquement modifiés, et leur utilisation tomberait donc sous le coup de cette interdiction.

Etant donné que la plupart des projets suisses de génie génétique sont développés dans les universités, celles-ci seraient déclassées par celles des autres pays. D'importants programmes de recherche émigreraient à l'étranger, d'où une perte de précieuses connaissances, de nombreux postes de travail, et de centres de recherches. La qualité des soins ne se trouverait donc forcément réduite.

En conclusion, l'AEMG estime que les restrictions demandées dans l'initiative " pour la protection génétique " sont trop catégoriques. Les répercussions d'un vote positif seraient désastreuses non seulement pour la recherche suisse, mais également pour la société en général, c'est-à-dire chacun d'entre nous. De plus, cette initiative nous paraît inutile dans le cadre juridique actuel, particulièrement rigoureux en Suisse.

Nous recommandons donc à la population de voter NON à l'initiative.

Pour plus d'information:
contactez l'AEMG par e-mail: aemg@cmu.unige.ch