Vaccins

Solutions d'antigènes qui simulent une infection et activent ainsi les défenses de l'organisme, c'est-à-dire la formation d'anticorps. L'organisme est ainsi immunisé contre une infection qui surviendra ultérieurement. Nous savons que les personnes ayant "fait" des maladies infantiles telles que la rubéole, la rougeole ou les oreillons sont en général immunisées contre ces affections. Cette découverte a été déterminante pour le développement des vaccins. Autrefois, on utilisait généralement à cet effet des germes infectieux atténués ou tués, ce qui entraînait occasionnellement des complications. Avec la nouvelle génération de vaccins produits par génie génétique, il n'est plus nécessaire d'inoculer l'agent pathogène entier.

En 1996, trois vaccins produits par génie génétique étaient autorisés en Suisse. Chaque vaccin doit être testé dans des études cliniques quant à son efficacité et à sa sécurité. Le cas du vaccin contre l'hépatite B montre que le produit obtenu par génie génétique pose beaucoup moins de problèmes que son "prédécesseur", étant donné qu'il n'est jamais souillé par des agents infectieux.

Le vaccin contre l'hépatite B utilisé actuellement est le premier vaccin produit par génie génétique. Par une modification génétique, on a obligé des cellules de levure à produire des éléments de l'enveloppe virale. Ces éléments, ou protéines d'enveloppe, sont ensuite séparés des cellules de levure. Introduits dans l'organisme, ils jouent le rôle d'antigènes et provoquent une réaction de défense. Si par la suite, l'organisme est infecté par le vrai virus de l'hépatite B, celui-ci est capté et neutralisé par les anticorps déjà formés contre les protéines d'enveloppe. On dit que l'organisme est immunisé.

Depuis sa commercialisation au début des années quatre-vingt, le vaccin de l'hépatite B a déjà été administré à plus d'une centaine de millions de personnes. Il est à ce point efficace et inoffensif que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) le recommande pour la vaccination collective des enfants et des adolescents contre la jaunisse (hépatite B). En revanche, on n'a pas encore réussi à synthétiser, même par génie génétique, des vaccins efficaces contre le SIDA, la malaria ou la grippe.