SIDA

Abréviation de "syndrome d'immuno-déficience acquise". Maladie du système immunitaire dont le virus (pour le moins co-responsable) VIH a été isolé et décrit pour la première fois en 1983 grâce aux techniques génétiques. Actuellement, les tests de dépistage du SIDA et la recherche du virus dans les conserves de sang se font à l'aide de méthodes diagnostiques qui recourent au génie génétique. La médecine dispose depuis quelque temps de certains moyens pour atténuer les conséquences de la maladie: l'AZT (aziothymidine) et l'aciclovir et depuis quelques mois le crixivan, le norvir et l'invirase. Ces substances ou médicaments, dont certains sont autorisés en Suisse, sont tous produits par génie génétique

En été 1996, les scientifiques ont découvert sur le chromosome 3 un gène auquel manquent 32 éléments constitutifs. Cette absence est la cause de la résistance au VIH. Lorsqu'elle est constatée sur les deux gènes du chromosome, le paternel et le maternel, la protéine CCR-5, qui constitue en quelque sorte la porte d'entrée du VIH dans la cellule, ne peut se former. En l'état actuel des recherches, il n'est pas encore possible d'affirmer avec une totale certitude que les individus qui possèdent deux exemplaires de ce gène (1,1% de la population) sont absolument protégés contre le virus.