Déclaration

Les organismes génétiquement modifiés doivent être reconnaissables pour le consommateur. La Suisse possède la législation la plus sévère du monde en matière de déclaration obligatoire. En vertu de la nouvelle ordonnance sur les denrées alimentaires en vigueur en Suisse depuis le 1er juillet 1995, les aliments, les additifs ou les auxiliaires technologiques, qu'ils soient emballés ou non, qui sont des organismes génétiquement modifiés ou qui sont issus de tels organismes sont soumis à autorisation de l'Office fédéral de la santé publique. La déclaration doit comporter l'indication produit OGM.

La déclaration n'est pas expressément obligatoire pour les "produits séparés de l'organisme et épurés du matériel génétique". Exemples: la présure obtenue par génie génétique que l'on utilise pour la production du fromage, ou le sucre produit à partir de betteraves sucrières modifiées génétiquement, qui entre dans la composition des friandises, mais n'est pas différent du sucre ordinaire. La législation considère en effet que la déclaration n'a de sens que si la présence d'organismes génétiquement modifiés peut être prouvée. L'Union suisse du commerce de fromage a conseillé à ses membres de ne pas utiliser de présure OGM afin de satisfaire au principe de pureté et de naturel. En Grande-Bretagne, le "cheddar" obtenu avec de la présure OGM est vendu comme "fromage végétarien". En Europe et aux Etats-Unis, le fromage de fabrication industrielle est produit presque exclusivement avec de la présure OGM. L'Office fédéral de la santé publique a autorisé, à la fin décembre 1996, l'importation de soja génétiquement modifié.